I did you no Wrong

 

‘I thought I heard you saying
Thought you said you missed me
But you were only history -or?- But you only hissed me
When I was gone
I thought I heard you say
They’ve done you in good
And yes, I believe they would
May I console you
But I did you no wrong
That’s not like me, I did you no wrong
So don’t put it all on me
And you are not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world now
No you’re not the light of the world now
I heard you walk
Under the black skittle hall dad -or?- blacks got all dad -or?- blacks ghetto, dad -or?- I heard her blast it all bad
To hurt me, and yes it’s sad
Have this settle the score -or?- Has it settled the score?
I thought I heard you walk
Up the fire-escape last night
And yes, in the deep of the night
I wished you were back
But I did you no wrong
That’s not like me, I did you no wrong
So don’t put it all on me
And you are not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world now
No you’re not the light of the world now
But I did you no wrong
That’s not like me, I did you no wrong
So don’t blame it all on me
And you are not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world
But you shine on me
No you’re not the light of the world now
No you’re not the light of the world now
No you’re not the light of the world now
No you’re not the light of the world’
 
“The Light of the World” – Death Party (1983)
Songwriter: Jeffery Lee Pierce

 

No Faith in Europe, no more

J’aurais pu illustrer ce billet d’humeur d’une photo toute jaune ou toute rouge, Ce n’est en fait qu’une question régionale.
Il n’en demeure pas moins que la colère gronde en Europe de l’Ouest, la crise du COVID-19 mettant en évidence l’incompétence pour le moins, mais surtout la corruption d’un système libéral (de gauche ou de droite) qui trahit au quotidien les principes fondamentaux de la Démocratie.
Je vais me concentrer ici, sur le phénomène Belge qui ne parvient plus à retenir mon indulgence, par son cote ‘bien sympathique’
Le Royaume n’est jamais parvenu à virer sa cuti d’un système de castes politiques héréditaires et leur mercantilisme de tradition trouvant son expression ultime dans une allégeance à une Europe de circonstance ayant perdu son âme.

Le BREXIT consacre l’échec du rêve fondateur ; nous échangeons le Royaume Uni contre l’Albanie !

Au Royaume, on assiste a la cristallisation de toutes les ambiguïtés européennes, une sorte de laboratoire du ‘melt down’ des valeurs qui historiquement ont forge un fond commun culturel au couchant du vieux continent. les différents ‘mortiers’ qui scellaient la société se sont effrites : religion, idéologies, idéaux ont laissé place à une société transactionnelle ou les comptes en actions pour les uns, les comptes-épargne ou les crédits pour les autres invitent à toutes les compromissions et, il faut le dire à la corruption de la Nation.

A l’heure ou l’unité même du Pays est en question, nous sommes gouvernés par des gens qui ont perdu la légitimité démocratique, sous couvert d’un système ‘en affaires courantes’ en charge du plus grand défi de ce début de Siècle : la crise sanitaire et ses conséquences sur l’existence même de l’Union Européenne.

Hier soir, un ‘compromis’ a été atteint entre les 27 survivants de cette débâcle que constitue l’Union Européenne aujourd’hui. Ensemble surréaliste, ou le loup, la chèvre et le chou font de leur mieux pour dissimuler leur appétit afin de préserver leur enclos : les grandes entreprises et surtout le système bancaire géré de main de fer par Mère-Grand : la Banque Centrale Européenne.

Mais les coups de dents laissent des cicatrices dans la chair des peuples, l’amertume est grande à l’heure ou des gens, (les plus vulnérables, les plus dignes de respect) meurent, non pas du Virus, mais de l’incurie et de l’incompétence des marchands du Temple qu’ils aient la charge de diriger le Pays ou occupent des positions de pacotille dans les Organismes internationaux (ceci est un autre débat)

Nous étions donc à nous réjouir, il y a quelques semaines, de l’octroi de pouvoirs spéciaux à la Première Ministre en Affaires courantes et avions cette illusion de penser à une forme de recentralisation de l’Etat qui, et chacun le sait bien, est indispensable à la gouvernance logique, juste et efficace d’un Pays.

Quelle désillusion ! Acte manqué, coitus interruptus…pas une décision de bon sens ne se prend sans la réunion d’un kern (je ne sais pas ce que cela veut dire), les jérémiades de ceux-ci qui boudent au fond de la cour, les menées de ceux qui aimeraient bien tirer avantage de la situation

En fait il s’agit bien d’une situation d’urgence ou la vie de Citoyens est en danger. Je ne parle pas de 20 expatriés par ci, 50 par-là, je parle de la vie des 10 millions de Belges dont ce Gouvernement a la responsabilité,

Comment est-il possible de laisser le Ministère de la Sante a une Ministre qui réunit en une seule personne, incompétence, stupidité et suffisance ; Comment peut-on laisser les Affaires Etrangères à un clown pathétique qui gère les affaires du Royaume comme une troupe de louveteaux ?

Et la sortie de crise ?

On a bien compris que le Gouvernement s’est acquis les services de Consultants de haut vol (j’en suis un) et d’un service de Communication afin de faire passer la soupe.

@sophiewilmes  déclare devant la Représentation Nationale que le groupe de sortie de crise va se réunir tous les jours (bonne nouvelle !) et que les mesures vont être annoncées prochainement.

Donc à l’heure ou la Belgique fait un tout petit peu mieux que l’Espagne en termes de décès, a l’heure ou nos ainés continuent à mourir dans leurs maisons de retraite, ou les hôpitaux sont forces de sélectionner leurs patients ;

Mais surtout à l’heure ou la bureaucratie pléthorique n’est pas capable de commander de simples masques sans la moindre sanction et surtout à l’heure ou de multiples voix dans le Monde répètent à l’envi que ce type de pandémie sévit en trois vagues, et que renvoyer les gens dans la rue sans qu’un vaccin soit concocté est une pure folie ;

c’est à cette heure-là que nos Gouvernants ont fait un choix qui leur est coutumier : servir la soupe à leurs sponsors, grands acteurs économiques, au Moloch Baal bancaire (il préfère la chair fraiche) et à l’Union Européenne qui hier, a trouvé un nouveau stratagème pour faire main basse sur nos impôts…

Notre histoire est riches d’enseignements : quand on oublie l’Humain, le Peuple se dresse et le Peuple voit les choses disons, de manière manichéenne

Ce message est un appel à nos dirigeants : Nos plats Pays ont une très ancienne tradition Humaniste auquel nombre de nos ancêtres ont sacrifié leur vie (en tous cas les miens), retrouvons ensemble des valeurs fondatrices pour une Nation Unie dans une prospérité retrouvée pour le bien Commun.

 

 

.

 

 

 

 

.

 

I hate Christmas

 

Seasons Holidays has always been time of sadness for me. One more year I will pass this period alone with no taste for celebration. I took me years of introspection to understand reasons for ‘Seasons Grievings’..

You called me ‘Boomer’, the boom is not on me: I have been landed by parents breaking up with traditions of Bourgeoisie and finding in post WWII resolution, not only freedom but ‘Party time’. They jumped over the hedge and made children as my stubborn cat is doing. They did not jump one time, getting ‘no Satisfaction, and trying, and trying’…

I still can watch “Home Alone 1”,  with pleasure, not because of the story line but because it crystalizes this snowy polarized warm and comfortable family shell I never got.

As a fate, I could not give comfort to those I love, I left behind me a trail of affective failures and disability to express my feelings. I still thrive to keep intimacy with my son.

Never ‘spoiled Brat’ have been so appropriate: wasted childhood, unbalanced teen ages and unaccomplished journey as rebellious escape to digust I kept for a world that did not accept me.

I keep my heart warm with a Fairy Tale starring my Mum and her father; I like this picture taken before I born sharing something that they have been unable to transmit.

…just saying…I have no regrets, I accept my fate.

 

 

‘L’Homme et la Mer’

When winter comes, I always feel missing Noordzee. Is it childhood or something else? I saw many seas and oceans, this one is strorming in my heart.; so close to verses of Charles Baudelaire with whom I share so many feelings.

Here from Les Fleurs du mal (Flowers of Evil):

‘L’Homme et la Mer”

‘Homme libre, toujours tu chériras la mer!
La mer est ton miroir; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.
Tu te plais à plonger au sein de ton image;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.
Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets:
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets!
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remords,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables!’

 

‘Free man, you shall forever cherish the vast sea,
The sea, that image where you contemplate your soul
As everlastingly its mighty waves unroll.
Your mind a yawning gulf seasoned as bitterly.

You love to plunge into your image to the core,
Embracing it with eyes and arms; your very heart
Sometimes finds a distraction from its urgent smart
In the wild sea’s untamable and plaintive roar.

Both of you live in darkness and in mystery:
Man, who has ever plumbed the far depths of your being?
O Sea, who knows your private hidden riches, seeing
How strange the secrets you preserve so jealously?

And yet for countless ages you have fought each other
With hands unsparing and with unforbearing breath,
Each an eternal foe to his relentless brother,
So avid are you both of slaughter and of death.’

Translation: Jacques LeClercq, Flowers of Evil

Money Heist Statement of Accounts

Money Heist Statement of Accounts

Morning , happy tax payers!

I prepared this, so much what it said here, matches what I keep repeating in void for years. « Professor » targets here European Central Bank…small players compared to what the « FED » is doing everyday. Western Economies are “paper economies” Real wealth belongs to those who owe commodities.

The all Geo-politics is about control of commodities.

‘Alain Moussay’

Je viens de lire qu’Alain est parti…Nous avons partage beaucoup de choses et surtout fait beaucoup de choses ensemble…. j’ai pas de mots…

Alain Moussay et Bernard Fresson Faust de Goethe, Comedie de Saint-Etienne.
(m. en sc. Daniel Benoin – 1981)

This written: “In the Beginning was the Word.”

Here am I balked: who, now can help afford?

The Word? —impossible so high to rate it;

And otherwise must I translate it.

If by the Spirit I am truly taught.

Then thus: “In the Beginning was the Thought”

This first line let me weigh completely,

Lest my impatient pen proceed too fleetly.

Is it the Thought which works, creates, indeed?

“In the Beginning was the Power,” I read.

Yet, as I write, a warning is suggested,

That I the sense may not have fairly tested.

The Spirit aids me: now I see the light!

“In the Beginning was the Act,” I write.

Johann Wolfgang von Goethe – FAUST

Happy Arabia

Saudi Arabia first  perception is about infinite sand dunes; indeed most beautiful dunes are on this land…but not not only..
This “mineral” approach could make you miss the Arabian People.